On a dépensé 2,86 milliards d'euros

Publié le par La Gourmette

2,86 milliards c'est THE chiffre de ce début d'année, c'est la crise oui mais nous les filles on continue à se faire plaisir en se faisant belle :D On en discutait avec une amie la dernière fois, on se disait justement qu'on voyait autour de nous, et même nous même, faire quelques restrictions sur les sorties, les loisirs, la bouffe, que l'affluence dans les magasins de fringues c'était plus ce que c'était mais chez Sephora l'affluence était toujours indemne, à croire qu'une fois passé la porte de nos magasins de beauté préférés le mot "crise" n'existait plus....

 

http://referentiel.nouvelobs.com/file/3064959.jpg

 

Et c'est Challenge qui confirme mes pensées, malgrè la crise le marché de la beauté se porte plutot bien et évite avec brio en ces temps durs, la dure réalité de la baisse du chiffre d''affaire....

 

Vous pouvez retrouvez cet article intéressant ici http://www.challenges.fr/economie/20120207.CHA0899/les-francais-continuent-de-depenser-pour-leur-beaute.html

 

Extraits repris de l'article de Challenge rédigé le 07 février 2012.

 

 

Les ventes de parfums, crèmes de soins, rouges à lèvres et autres mascaras ont totalisé 2,86 milliards d'euros l'an dernier, contre 2,77 milliards un an plus tôt, où elles avaient augmenté de 2%, selon les chiffres publiés mardi 7 février par l'institut NPD.

 

Le parfum, qui pèse pour les deux tiers du marché cosmétique hexagonal, a en effet vu son chiffre d'affaires progresser de 4% l'an dernier, grâce surtout à de très bonnes ventes de Noël (+8%), période décisive qui compte pour environ 20% du chiffre d'affaires annuel du secteur.

Le trio de tête des jus féminins les plus vendus en France reste le même, avec J'Adore de Dior(groupe LVMH), Numéro 5 de Chanel et Angel de Thierry Mugler (fabriqué sous licence par Clarins). Dior revendique la première place du podium et à l'occasion des résultats annuels de LVMH, son PDGBernard Arnault, a affirmé que J'Adore était même "loin devant".

 

Le maquillage (15% du marché), qui offre des produits à des prix plus abordables, tire aussi son épingle du jeu, comme en 2010, avec une progression des ventes de 4%.

A l'inverse, le segment des crèmes de soins (19% du marché), très concurrentiel, a reculé de 1% l'an dernier.

"Il reste difficile car concurrencé par la grande distribution, les parapharmacies et les marques alternatives vendues en exclusivité dans les chaînes elles-mêmes", précise l'analyste de NPD.

Les sérums anti-âge constituent, malgré un prix moyen élevé (environ 100 euros), une niche de croissance forte pour des groupes comme Estée Lauder, Lancôme (groupe L'Oréal), Dior, Sisley ou Chanel, qui multiplient les promesses d'innovation et de recherche.

(Avec Reuters)

Publié dans MAKEUP-BEAUTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article